top of page

Les produits laitiers

Ange ou Démon ?

Dans le domaine de la nutrition, la consommation de produits laitiers est un des sujets qui suscite beaucoup de questionnements et de polémique.

 

Les effets bénéfiques prétendus pendant des années à coups de jingles publicitaires ont-ils été approuvés par des études cellulaires et moléculaires neutres de tout lobbying concernant la biodisponibilité du calcium ?

 

Et que dire de l'adoption d'une hygiène alimentaire SANS produits laitiers dans certains régimes valorisant une "alimentation anti-inflammatoire" ?

 

L’étude des données scientifiques les plus récentes amène à une palette de réponses nuancées qui pourront répondre aux principales interrogations de tout un chacun.e.

Bénéfices/Risques

Que choisir ?

En l'état des connaissances actuelles, les indicateurs de consommation préconisent des portions équivalentes à environ 150 ml de lait, 125 mg de yaourts et 30 g de fromage, voilà pour les chiffres !

Cet atout plaisir dans notre équilibre alimentaire fait du fromage et des produits laitiers des acteurs gustatifs et culturels largement appréciés dans l'hexagone. 

Les bénéfices / risques restent discutables si les doses cités ne sont pas replacés dans un contexte alimentaire méditerranéen.

 

Il a été établi que la surconsommation de produits laitiers est associée à un risque de cancers, notammant celui de la prostate et qu'il est sujet à un gros travail digestif.

Qu'aujourd'hui de nombreuses personnes assimilent avec difficulté le lactose, sucre naturel du lait. Pour être digéré, il a besoin d'être dégradé la lactase (enzyme). Sans sécrétion de lactase, le lactose migre directement dans l’intestin et génère des inconforts digestifs mais également des maux de tête, des difficultés de concentration, de l’eczéma, des douleurs articulaires ou encore de nombreux troubles ORL*. Étude menée par l’université d’Oxford, qui travaille sur l’intolérance au lactose depuis 20 ans.

"Mon Dieu, gardez moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge." La citation de Voltaire prend ici tout son sens.

En conclusion

Un plaisir dicipliné, une relation consciente au corps, surtout au ventre en ce qui concerne l'absorbtion de produits laitiers, à ses besoins et ses limites.

 

Car, une alimentation libérée de charges émotionnelle et pulsionnelle apporte une attention bienveillante à ce merveilleux véhicule qu'est le corps physique.

 

Je terminerais par une citation de l'esprit épicurien “L'homme qui ne se contente pas de peu ne sera jamais content de rien. ”

bottom of page